Feeds:
Articles
Commentaires

Pour ceux qui aimeraient voir ou revoir mes images, je les exposerai le 12 juin lors de la 25° édition des « Artistes dans la rue », organisée  par l’Ecole des Beaux Arts de Versailles. Attention cela ne dure qu’une journée de 9h à 19h, place Notre Dame. Très pratique, il y a un parking juste en dessous. Très sympa, un concours est même organisé. Espoir.

A samedi !  Je réserve une surprise à ceux qui me diront avoir lu mon blog… 😉

Publicités

L’image facteur

Cavité supraconductrice pour l'accélération de Deutons

L’image, facteur d’ouverture d’esprit ?

L’artiste franchit la limite, propose un autre point de vue, installe son studio sous marin et capte les instants magiques. Les sujets sont dirigés selon son imagination ou «posent» au gré de leur fantaisie…. la suite sur  sublimatio/Fine Art.

He hop ! un nouveau thème ! Depuis que j’ai refait mon site,  j’alimente au fur et à mesure les différents thèmes ou rubriques. Là, il s’agit d’un thème créé en collaboration avec d’autres membres du réseau de l’image. Ces images demandent beaucoup de temps de post production. Encore quelques idées à illustrer et bientôt une expo.

Le concept : Partant du principe qu’il faut rester cohérent avec soit même et ayant mon brevet de plongée, je propose d’installer mon studio sous l’eau. Le cadre et les glaçons du fond sont  mes images. Par conséquent, je  fait des photos sous l’eau comme d’habitude en dehors et non des photos sous marine. Tout est dans cette nuance, l’eau n’est qu’un élément de sens et non une contrainte. Place à la création, à la magie des instants fugaces.

La partie technique sub aquatique est assurée par Deep Vision, spécialiste de la production d’images sous marines et l’organisation, la gestion des personnes, du bassin et la sécurité par Roxana Maracineanu (1° championne du Monde 1998,Vice Championne Olympique à Sydney) et son équipe.  Entouré par de super professionnels, c’est génial de travailler dans ces conditions.

Merci au public qui s’est prêté au jeu, au profit de la Ligue contre le cancer.

Christine Sadrin, Chef de projet Image, Département Territoires & Réseaux à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris Hauts-de-Seine .

Christine, Le Réseau de l’Image, ça à l’air mystérieux, peux-tu nous le présenter ?

Il n’y a pas de mystère, il est transparent.  Avec le Réseau de l’Image, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris – Hauts-de-Seine propose la promotion des métiers de l’image numérique autour d’une démarche de progrès et de développement durable partagée. Les chefs d’entreprises ont bâti une charte d’engagement éthique. Ils s’engagent à se former, à monter en conscience et en responsabilité, à cerner les enjeux et les implications de leur entreprise dans l’univers de la communication et des médias. Cette charte, signée par tous les membres est présentée comme incontournable à tout candidat au réseau. Mais si on parle de ton exposition, au même titre que les autres membres tu partages ces valeurs dont tu mets en évidence les concepts dans tes images.

Pour la CCIP, faire vivre et soutenir des réseaux, est-ce si important ?

Les réseaux d’entreprises répondent à un vrai besoin, la demande est croissante depuis plusieurs années et la CCIP mène une démarche pro-active pour les développer.

Comme dans tout réseau, l’objectif est de rencontrer d’autres dirigeants du secteur pour promouvoir son savoir-faire, bénéficier de l’expérience et de l’expertise de ses pairs, confronter des idées, avoir des éléments de benchmark.

C’est également une possibilité pour les membres de renforcer leurs compétences globales grâce à des apports extérieurs d’experts dans les domaines juridique, stratégique, de gestion des ressources humaines, de développement durable et de nouer des partenariats.

Comment cela se traduit-ilconcrètement ?

Par des projets ou actions réalisées en commun par les membres, je pense à la maison du Développement Durable, plus récemment au profit de la Ligue contre le cancer ou plus d’une douzaine de membres se sont réunis pour monter une opération énorme en 10 jours chrono (prises de vues photo et vidéo sous marine, TV directe sur le web…. ) et maintenant cette exposition, avec la collaboration de 4 membres, en sont des exemples vivant. Nous voyons cela comme la mise en pratique des principes qui  fédèrent les membres et servent d’exemple. Sur le site du réseau on peut avoir un aperçu de son actualité.

Le rôle de ce réseau est-il  uniquement éthique et théorique ?

Pas uniquement, quand les membres sont d’accords sur les idées et le prouvent  par la mise en pratique quotidienne alors la confiance s’installe. Comme les membres sont tous complémentaires, des collaborations se créent.  Un réseau sert aussi à terme, à faire du business. Mais dans ce cas, c’est un business éthique, leurs clients apprécient, la planète aussi.

A l’avenir ?

En 2010, le réseau continue à s’agrandir pour créer encore davantage de synergies entre les entreprises de la communication, du print, de la 3D, du jeu, du graphisme, de la production audiovisuelle, de la photo, du son.

Remerciements

affluence

Un grand merci à celles et ceux qui m’ont fait l’amitié d’assister au vernissage de mon exposition au Fouquet’s le 25 mai dernier.

Ce fut une belle occasion d’échanges et de partages.
Les photos de la soirée sont en ligne, vous pourrez les retrouver également sur mon nouveau site,  www.sublimatio.com, ouvert pour l’occasion. Vous pourrez aussi y découvrir les autres facettes de mon travail.
Une mention particulière pour mes partenaires qui ont apporté leur savoir-faire et leur enthousiasme pour que cet événement ait lieu et à l’équipe du Fouquet’s pour son sympathique accueil.

J’exposerai à nouveau le 12 juin à Versailles, à l’occasion d’un événement organisé place Notre Dame  par l’Ecole des Beaux Arts, « Les Artistes dans la rue ». Je serai ravi de vous y retrouver.

Jeremy, pouvez-vous nous expliquer en quelques mots l’activité de Verteego ?
Verteego édite des applications de gestion environnementale à destination des entreprises et des collectivités. Notre vision est que les organisations vont d’ici peu, sous la pression de leurs parties prenantes, notamment leurs clients et concurrents, devoir piloter leur performance environnementale avec le même professionnalisme qu’elles gèrent déjà depuis des années leur performance financière. Pour ce faire, nous disposons de deux simples et très puissantes applications en ligne : l’une pour permettre aux entreprises de mesurer et suivre dans le temps leurs émissions de gaz à effet de serre, l’autre pour aider les industriels et distributeurs à assurer la traçabilité des substances chimiques préoccupantes présentes dans leur chaîne d’approvisionnement afin de se conformer à la réglementation REACH.
Globalement, Verteego aide les entreprises à se mettre en conformité, à se différencier de leurs concurrents pour conquérir de nouveaux marchés, et à réduire leurs coûts d’exploitation et leurs risques.

Verteego, ce sont des produits, mais aussi et surtout une équipe et des valeurs, parmi lesquelles l’innovation, le professionnalisme, et la conviction que pour construire une économie plus durable il faut changer les indicateurs d’évaluation de la performance, qui sur-pondèrent les profits immédiats à la qualité de la relation et la préservation des ressources naturelles. C’est bien sûr plus compliqué à dire qu’à faire, mais globalement l’on constate chaque jour que les critères Green et Sustainable prennent une importance accrue dans l’économie mondiale.

Pour quelles raisons soutenez-vous mon exposition ?
Pour mille raisons ! et en voici dans le désordre l’inventaire « à la Prévert »:
– Vous mettez en valeur, en forme, en lumière dans vos oeuvres des végétaux, qui sont un symbole de vitalité naturelle et d’optimisme : un végétal est un organisme vivant comme un autre, fragile mais résilient, qui doit être aimé, aidé, protégé. Vous contribuez par votre exposition « Le Végétal Sublimé » à sensibiliser le public à l’extraordinaire beauté et richesse de la nature, à l’importance de la préserver, de la respecter, de s’en entourer, plutôt que se confronter à elle dans nos activités humaines;
– c’est très personnel, mais j’ai trouvé vos photographies magnifiques, tout simplement;
– on a vu que quelqu’un comme Jacques Setbon, de l’Agence de Fab’ et du Geste Environnemental, était partenaire, et c’est un sacré tampon de sérieux car Jacques et son associé Vincent sont des gens dotés d’une éthique et de convictions sans faille;
Le Réseau de l’Image, animé par la très dynamique et sympathique Christine Sadrin, est le groupement de professionnels de l’événementiel durable le plus dynamique en France et est partenaire de l’événement: ce qui est à la fois un gage d’éco-conception pour ce dernier, et de qualité de networking pour les invités;
– l’hôtel (mitoyen) Fouquet’s Barrière a mis en oeuvre une véritable politique de développement durable, en la personne de son DAF Jérôme Schehr que j’ai eu le plaisir de rencontrer à l’Agora des Directeurs du Développement Durable, qu’il préside. Il a une vraie vision coûts / bénéfices pour l’hôtellerie de luxe, et fut accompagné par François Tourisme Consultants, définitivement le meilleur cabinet d’accompagnement pour le secteur.

Merci Jeremy !

Olivier Perrot, photographe : « Je demeure convaincu, comme Dostoïevski, que « seule la beauté sauvera le monde« . C’est notamment ainsi je pense que l’on prendra soin de notre environnement. »

Je ne serais donc pas le seul à le penser !  Je ne connaissais pas Olivier avant le 25 ; magie des rencontres et du partage des idées. Nous avons parlé un peu et regardé beaucoup.

A découvrir : http://www.photographe-perrot.com